Tag Archive: Dawson

Dawson, la morale, la politique

Si Dawson’s Creek est et se veut une série sur le passage à l’âge adulte et sur cette période, à la fois intense et de temps suspendu, qui le précède, c’est aussi une fiction, un univers, qui comme toutes les autres impose comme une évidence une vision du monde, une morale, un rapport aux questions politiques et sociales du moment. Il est dès lors toujours intéressant de tenter de démêler le point de vue qu’elle nous propose afin de mieux comprendre de quels imaginaires nos convictions se nourrissent.

Or, le moins que l’on puisse dire est que Dawson’s Creek n’est pas avare en la matière. Les considérations morales y sont omniprésentes, de même que la discussion de la manière dont nos engagements et croyances modèlent nos identités, sans compter la représentation de certaines problématiques, certains modes de vie et certaines expériences sociales, et l’absence totale de certaines autres. Nous allons donc tenter de nous plonger un moment dans le dédale de ces innombrables considérations et voir ce que l’on peut en retirer.

Continuer

Dawson, modèles et subversion des genres

Parmi les très nombreux axes d’interprétation que la série Dawson’s Creek nous offre à explorer, la question des modèles masculins et féminins se démarque avec évidence sans que je n’aie pour autant pris la peine de le traiter jusqu’ici. A l’occasion de l’nième visionnage auquel je me suis adonné dernièrement, me voici prête à combler ce manque.

De fait, dès le départ, la série se construit autour d’une double opposition, incarnée par chacun de ses personnages principaux, celle de ses modèles masculins et féminins. J’avais jusqu’ici, autour de la question de la sexualité notamment, beaucoup insisté sur le fossé qui sépare Dawson et Joey d’un côté de Pacey et Jen de l’autre mais, si cette distinction reste pertinente, elle se déploie en réalité sur fond d’une séparation bien plus profonde encore, celle qui isole les personnages féminins des personnages masculins. La série, par l’intermédiaire de ses personnages, insiste ainsi régulièrement sur ce qui différentie les hommes des femmes et les garçons des filles. On se retrouve dès lors de part et d’autre face à un couple d’incarnations parfaitement idéal-typiques couvrant du