Dawson’s Creek et le rôle de la fiction

 

vlcsnap-2013-05-11-20h40m49s56

Oui, oui, je vous entends déjà ricaner mais, même si ça me fait beaucoup de peine, je vais ravaler mes larmes et tenter d’expliquer aux béotiens que vous êtes pourquoi Dawson est une série qui mérite qu’on s’y attarde (et on ne rigole pas là-bas dans le fond, je vous ai vu).
Soyons clair, ses défauts sont, il est vrai, à peine supportables : ça pleurniche, ça ne sait pas ce que ça veut, ça se croit adulte alors que ça réagit comme des gamins, … Bref, on dirait presque que ce sont des adolescents, quoi !
Si l’on considère ce premier niveau de lecture, justement, il me semble que Dawson est bien la seule série pour ados qui parle vraiment d’ados à des ados. Et c’est bien le minimum d’attente que l’on peut en avoir !

Continuer

Générique Sériesfolie

Image3

Création originale composée de :

– Générique American Horror Story

– Virgule Mixx FM

– Répliques  Seinfeld, The Big Bang Theory et The Sopranos

– Avertissement (VF) et Virgule Law & Order

Les séries modifient-elles notre rapport au monde ?

574860_10150708779378668_479301299_n
Nos pratiques, qu’il s’agisse de nos habitudes alimentaires ou de nos moyens de transport, modifient nos besoins et notre perspective. Pas besoin de longues démonstrations pour prouver l’impact de la grande distribution ou de la généralisation de la voiture individuelle sur notre mode de vie.

Mais qu’en est-il de la fiction ?

Le format sériel comme mode en pleine expansion de consommer les récits, imaginaires ou non, laisse-t-il son empreinte sur notre vision du monde ? Et de quel type pourrait-elle être ?

Un tel impact serait probablement difficile à mesurer sans étude approfondie. Par contre, en imaginant comment les séries pourraient modifier notre rapport au monde, peut-être sera-t-on plus amène d’en observer les effets concrets.

Continuer

Les séries sont-elles du fast-food culturel ?

7ae8da5155e84297c22cd628bfaca749
Au même titre que Stephen King compare ses romans à du fast-food, donnant ainsi paradoxalement ses lettres de noblesse à une littérature de genre revendiquant son caractère facile, abordable, rapide et parfois vulgaire mais apportant au lecteur exactement l’évasion et le plaisir qu’il était venu chercher, peut-on affirmer que les séries sont à la culture ce que le fast-food est à la gastronomie ?

Immédiatement consommables, sans prérequis ni effort particulier, disponibles au bout de notre télécommande, parfois lourdes et indigestes, la plupart du temps formatées, les séries sont en effet des objets de consommation produits à la chaine pour conduire un maximum de public à regarder les publicités.

Continuer

Les séries sont-elles le nouvel opium du peuple ?

weeds
Au même titre que, selon Marx, la religion justifie le pouvoir en place et maintient le prolétariat dans l’inaction, peut-on affirmer que les séries constituent l’allié privilégié d’un système capitaliste aujourd’hui mondialisé ?
Produits d’une industrie culturelle largement dominée par les préoccupations économiques et en majorité occupée par le marché américain, les séries réussissent de fait à maintenir un certain nombre d’entre nous cloitrés à la maison, inactifs et l’esprit occupé par des univers imaginaires inoffensifs.
Abreuvés d’une propagande molle mais surtout consentant à en ingurgiter toujours davantage, nous nous maintenons nous-mêmes dans un état végétatif.

Continuer

Les séries sont-elles apolitiques ?

rovie-ipo-angry-birds
Que l’on regarde Urgence ou Dr House, The Wire ou Southland, ou même The Middle ou Modern Family, peut-on vraiment prétendre que cela n’aura aucun impact sur nos visions du monde ?
Est-ce politiquement neutre de se passionner pour un super-héros comme Batman ou de suivre les péripéties d’un service public dans Parks and Recreation ?
Poser ces questions, n’est-ce pas déjà y répondre ?
Il est évident que les séries ne peuvent être considérées comme des objets politiquement indifférents.

Continuer

Les séries doivent-elles refléter le réel ou satisfaire nos fantasmes ?

ally-mcbeal-1
Lorsqu’on est un peu sensibilisé aux questions de la représentation des femmes, des étrangers ou des homosexuels, par exemple, dans les mass-média, la tentation est grande de voir en permanence dans les séries la perpétuation de stéréotypes en tout genre.
Qu’il s’agisse de représentations positives, comme « la bonne mère », « le gay créatif », ou négatives, comme « la petite frappe latino » ou « l’ex dérangée », la crainte est grande de voir ces images plaquées telles quelles sur des individus bien réels.
On aurait dès lors tendance à exiger de nos fictions un plus grand réalisme.
Pourtant, depuis la nuit des temps, la reprise sous forme sans cesse renouvelée des mêmes archétypes empruntés aux récits bibliques, mythologiques ou aux contes populaires semble démontrer leur caractère universel et éternel.

Continuer

Les séries les plus courtes sont-elles les meilleures ?

1052579_10151776126238933_456439843_o
Depuis quelque temps, la tendance se dessine de plus en plus en faveur de séries courtes. Est-ce l’influence de séries anglaises à succès comme Downton Abbey ou Sherlock ou bien la volonté de réduire les risques ou de renforcer le propos ?
Toujours est-il que les séries de 10, 8, 6, voire parfois 3 épisodes apparaissent de plus en plus souvent.
Mais cela garantit-il une meilleure qualité des séries en question ?
Les exemples anglais donnés plus haut, ou même les séries HBO d’une dizaine d’épisodes par saison depuis longtemps déjà, pourraient nous amener à penser qu’il s’agit en effet d’une formule garantissant de meilleures fictions.

Continuer

Les séries sont-elles éducatives ?

southpark

Depuis une vingtaine d’années et les séries comme Urgence ou New York District, qui nous plongent d’une manière qui se veut très réaliste dans l’univers et le jargon médical, judiciaire ou autre, on a souvent tendance à penser que regarder certaines séries nous apprennent des choses.

Les termes comme « Lupus », « tachycardie » ou « charge de la preuve » n’ont plus de secret pour nous, en tout cas en apparence.

Portant, médecins ou policiers sont souvent beaucoup plus critiques sur l’intérêt et la fiabilité des informations en question, et l’apparent réalisme de la réalisation risque de donner une illusion de vérité bien plus grande que ce qu’il nous permet réellement de maitriser et comprendre.

Continuer

Les séries doivent-elles être morales ?

319398_10151943985645271_1377581726_n
En ces temps anti-idéologiques et anti-moralistes, on serait assez tenté de répondre non sur le ton de l’évidence.
D’ailleurs, pourraient ajouter certains, n’est-ce pas déjà le cas vu le nombre d’anti-héros qui peuplent nos petits écrans.
Il faudrait cependant ici ne pas se tromper de sujet. Ce n’est pas parce qu’une série propose un anti-héros qu’elle est forcément immorale.
Au contraire même; ce genre de personnages présente souvent l’occasion de revisiter en profondeur les valeurs qui fondent notre société, soit pour les ajuster à notre temps, soit pour les réaffirmer en montrant la chute de ceux qui ne les respectent pas.

Continuer