Sériesophie

Séries et normalité

Mr Robot

Plus on élargit sa culture sérielle et plus on commence à y déceler des motifs récurrents. Parmi ceux-ci, le traitement du sentiment individuel de l’anormalité, comme marginalité mais aussi comme singularité, saute assez rapidement aux yeux. On ne compte en effet plus les héros sortant de l’ordinaire, du plus farfelu au plus génial, du plus admirable au moins enviable.

Bref, c’est bien connu, les gens « normaux » sont sans histoire. Il est donc assez logique que l’on en rencontre peu dans les récits. Corrigeons cependant immédiatement cette évidence en remarquant que si les génies et autres super-héros constituent une partie non négligeable des personnages peuplant les séries, ce format adopte néanmoins une position spécifique vis-à-vis de cette question.

Continuer

Emotions sérielles

Enlightened

J’avais examiné dans un article précédent en quoi l’on pouvait considérer le plaisir comme un critère pertinent pour critiquer une série. Or, si l’on s’y penche un instant, la dimension émotionnelle, si elle reste largement impensée, constitue pourtant un élément majeur de nos expériences sérielles.

En effet, si la fiction nous pousse à réfléchir, à évaluer certaines certitudes morales, à tester des scénarii pour inventer l’avenir, le tout nourrissant notre imaginaire et ouvrant ainsi le chemin des possibles, c’est surtout parce qu’elle nous prend par les sentiments et nous fait vibrer avec elle que la fiction dispose d’une telle emprise, d’une telle puissance de persuasion. Car plus que tout discours rationnel et argumenté, en nous faisant rire ou pleurer, frémir ou rêver, nos fictions s’imposent à nous avec la force de l’évidence. Evidemment qu’elles ont raison puisque nous en expérimentons l’effet concret et immédiat sur nous-mêmes.

Continuer

Sexisme et principe de réalité : le cas Sons of Anarchy

Sons of AnarchyLa question du sexisme se voit régulièrement opposer un argument-massue, parce difficilement contestable : celui de n’être que la représentation d’une réalité. Et de fait, on ne peut nier l’existence de faits sexistes.

Bien sûr, nous pouvons défendre une conception différente de l’art, plus engagée que simple miroir du monde. Nous ne pouvons cependant occulter la place prépondérante que tient le réalisme dans notre rapport à la fiction et l’immense quantité de séries, notamment, dont la prétention à reconstituer un monde, qu’il nous soit lointain géographiquement, chronologiquement, professionnellement ou sociologiquement, représente l’argument principal. La caution qu’apportent sur beaucoup d’entre elles les experts/consultants en atteste, la recherche de l’authenticité préoccupe beaucoup les créateurs, autant que le public qui n’hésitera pas à rejeter un récit qu’il ne trouvera pas assez crédible.

Continuer

Ce que les Zombies nous disent de nos sociétés

the walking dead

En écoutant un de mes podcasts séries préférés (Totally Tubular de TV.com), il y a peu, j’y ai relevé une question qui m’a intéressé : que signifie la fascination culturelle actuelle pour les zombies ? De fait, il s’agit, depuis quelques années, du thème horrifique le plus mobilisateur et décliné.

Or, en bon lecteur de Stephen King que je suis, je me souviens comment il nous expliquait, dans Anatomie de l’horreur, combien la forme que prenaient nos peurs était profondément liée aux enjeux sociaux du moment. Il démontrait ainsi, par exemple, que la mode des films sur les maisons hantées pouvait largement se justifier par l’importance économique que représentait alors l’achat d’une maison.

Continuer

Le plaisir comme critère ?

EPISODES

Nous pouvons tous le reconnaitre, si nous avons commencé à nous intéresser aux séries télévisées, ce qui nous a amené à en regarder de plus en plus avec le temps, c’est avant tout le plaisir que nous en retirions.

Que ce soit par les rires qu’elles provoquent, l’admiration artistique qu’elles inspirent, les liens qu’elles tissent entre nous et des versions rêvées de nous-mêmes, les après-midis d’hiver sous la couette auxquels elles nous convient, même les gros sanglots qu’elles arrivent parfois à sortir de là où l’on s’y attendait le moins, les séries nous parlent d’abord le langage de nos émotions et touchent à ce qui nous est le plus proche, intime, parfois physique. Elles se ressentent avant tout.

Continuer

Les séries en mode Ego Trip

Wonderfalls

J’ai déjà exprimé par ailleurs combien, pour moi, les séries offraient un véhicule idéal à l’imaginaire collectif et contribuaient ainsi fortement à modeler les manières de penser de nos contemporains. Il est dès lors d’autant plus éclairant de constater combien elles se plient volontiers à la mise en lumière de la subjectivité de certains de ses personnages.

En effet, si je vais tenter ici de montrer combien cette valorisation s’explique autant, si ce n’est plus, par des exigences structurelles que par une influence idéologique à proprement parler, ce mécanisme n’en est pas moins pertinent pour comprendre la manière dont le point de vue individuel s’est imposé comme premier et naturel nos cultures.

Continuer

Fear The Walking Dead et la politique

fear-the-walking-dead

Dans un article précédent, consacré à l’utilité individuelle des séries, j’avais déjà expliqué en quoi l’on pouvait considérer que les fictions que l’on choisit de côtoyer pouvaient nous rendre meilleurs en nous permettant de mieux comprendre d’autres points de vue et d’appréhender avec plus de finesse la complexité morale.

Cette idée n’est pas neuve et est en réalité défendue par plusieurs auteurs reconnus de l’autre côté de l’Atlantique, comme Martha Nussbaum par exemple. Elle faisait d’ailleurs récemment l’objet d’un article relayant une expérience de psychologie sociale menée à partir de ce postulat.

Continuer

Ce que vraisemblable veut dire

johnfromcin

Nous avons tenté d’explorer dans un article précédent les différentes formes que pouvaient prendre les séries pour nous parler de la réalité. Cette question en soulevait cependant assez naturellement une autre, celle du critère nous permettant d’adhérer à la représentation proposée. C’est donc sur cet aspect du rapport entre fiction et réel que je me pencherai ici.

Pourquoi certains récits sonnent-ils faux à nos oreilles ? Pourquoi ce jugement n’est pas forcément partagé par mon voisin ? C’est que, contrairement à ce que l’on peut parfois croire un peu rapidement, le réalisme, la prétention à refléter la réalité, n’a que peu de pertinence lorsque l’on parle d’univers fictionnel. En effet, notre rapport à la fiction se caractérisant par la suspension de notre incrédulité, nous sommes en vérité disposés à adhérer à bien plus qu’un simple reflet.

Continuer

Comment les séries nous disent-elles la vérité ?

Troy_and_Abed_Thing

Si la dimension d’évasion, de divertissement que revêtent nos séries préférées est évidemment essentielle pour comprendre l’intérêt que nous leur portons, il faudrait cependant être particulièrement aveugle pour ne pas remarquer également à quel point celles-ci nous renvoient constamment au réel duquel elles prétendent nous permettre de nous échapper. Plus encore, nous pouvons remarquer qu’un monde imaginaire ne peut jamais prétendre se libérer des règles de la vraisemblance, et plus il s’éloigne du nôtre plus ces dernières s’appliqueront rigoureusement. La cohérence interne de l’univers déployé doit faire écho à une forme de vérité.

La vérité en question peut être de différents types, et, si les plus grands récits réussiront à les combiner, même l’histoire la plus futile, et dépourvue de toute prétention de ce genre, y  participe d’une manière ou d’une autre. Ainsi, sans prétendre à l’exhaustivité, nous pouvons d’emblée identifier quatre points à travers lesquels le réel se mêle à nos fictions.

Continuer

Dawson et le sexe

Dawson

Parmi les nombreuses critiques qui ont pu être formulées sur Dawson’s Creek, le traitement de la sexualité mérite une analyse à part. (Les autres, comme le côté pleurnicheur, le sur-place de l’intrigue et les dialogues trop intellos pour certains, sont traités dans l’article « Pourquoi Dawson c’est génial ».)

De fait, la série a donné une représentation si prude et flippée de la sexualité que toutes les séries ados qui ont suivi semblent s’être positionnées sur cette question en réaction, explicite, comme dans le cas de One Tree Hill par exemple, ou pas, à celle-ci.

Continuer